Version malvoyant
  • Obtenir la version pdf de la page
  • Imprimer
  • Diminuer la taille des caractères
  • Augmenter la taille des caractères
Retour à l'accueil

Expression des élus de Balaruc-les-Bains

Majorité Municipale

Suite à la démission de R. Ayats du conseil municipal (ce qui prouve, s’il en était besoin, son peu d’intérêt pour les affaires de la ville), Madame Catherine Fradier intègre la liste des élus. Le groupe majoritaire lui souhaite la bienvenue.
Depuis notre dernière tribune, l’espoir d’un affaiblissement rapide de la crise sanitaire s’est peu à peu estompé : le virus est toujours là, et la crise économique qui en découle est terrible. Les menaces de confinement partiel sont un véritable casse-tête pour tous les acteurs économiques et tous les élus.
Le groupe majoritaire uni et solidaire autour de son maire, intensifie depuis quelques mois, ses réunions de travail, afin d’étudier toutes les pistes possibles pour faire face à un événement hors norme. (Traitement des urgences, distribution de masques, mise en place des protocoles sanitaires, révision des budgets, modifications des investissements etc…). Mais les efforts doivent être partagés par tous.
Déjà, toutes les Associations (culturelle, sportives, ou de loisirs) ont fait un effort considérable en acceptant une baisse notable de leur subvention. La reprise de leurs activités, sous la contrainte de mesures sanitaires indispensables, se fait parfois de manière chaotique au gré des arrêtés préfectoraux. Nous en sommes conscients, et nous les remercions de leur patience et de leur collaboration.
Grâce à une gestion sanitaire rigoureuse, et l’effort de ses salariés fortement impliqués, les Thermes de Balaruc continuent de fonctionner, (quand d’autres en France, sont fermés ou en très mauvaise posture). Notons que le statut de la SPLETH permet de maintenir une partie du personnel en chômage technique, (prise en charge par l’Etat), contrairement à d’autres établissements en France qui sont sous régie municipale. Certes la fréquentation est en baisse de 50% par rapport à 2019, mais elle permet de maintenir la vie de notre cité et de son commerce local.
Dans un souci d’économie, certains contrats d’agents ne seront pas reconduits, et les services de la ville vont être réorganisés pour palier à cette diminution de personnel. De la même manière, des dossiers de demande d’aide ont été adressés à toutes les instances locales, régionales et nationales, avec quelques retours encourageants.
Comme l’a rappelé notre Maire, le sauvetage de l’activité thermale et la non-augmentation des impôts locaux restent les deux priorités absolues de cette majorité.
Bien évidemment les investissements prévus dans le projet 2032, vont prendre un peu de retard, et certains seront peut-être modifiés. Mais l’investissement reste un élément essentiel, car une ville qui n’investit pas est une ville qui se meurt. A ce titre, la diversification des ressources de notre cité reste un élément primordial : développement de la cosmétique, mise en place du « sport santé », réathlétisation des sportifs, nouvel Obalia, développement des cures personnalisées, obtention tout récemment des deux labels pour Balaruc : « terre d’accueil des JO 2024 » et  « balaruc ville sportive et active » seront les garants d’un avenir assuré. Toute cette dynamique doit être poursuivie, c’est pourquoi, nous, élus du groupe majoritaire, lançons un appel à la mobilisation générale des Balarucois, pour intensifier la lutte contre la propagation du virus. Toutes les générations doivent se sentir concernées. C’est ensemble que nous préserverons nos intérêts communs, ensemble que nous passerons ce cap difficile, ensemble que nous préparerons l’avenir radieux de Balaruc les Bains.
Les élus de la majorité municipale

Opposition Municipale

Pour notre première publication, nous tenons en premier lieu à remercier nos sympathisants, et plus précisément tous ceux qui ont voté pour notre liste à la veille d’un confinement qui a bouleversé nos vies au-delà de ce que nous pouvions alors imaginer.
Durant des semaines, ce confinement a « ensommeillé » notre Ville qui ne battait plus qu’au rythme des quelques commerces ouverts, lien ultime entre les Balarucois et qui ont permis d’assurer ce service essentiel et vital. Nous les en remercions chaleureusement.
Et si au cours de cette période, le CCAS a bien été au rendez-vous pour nos aînés, nous regrettons le baisser de rideau de la municipalité qui a laissé le téléphone sonner dans le vide, livrant à eux-mêmes tous les autres Balarucois, contaminés ou pas, désemparés, et qui singulièrement et contrairement à bien d’autres communes, n’ont pas pu compter sur leurs élus. La mise en place d’une cellule de crise aurait été salutaire.
Comme chacun le sait, cette mise à l’arrêt a plongé dans le rouge les finances de notre Ville.
Le Maire s’en est ouvert, hors affaires prévues, lors du dernier Conseil Municipal où il s’est inquiété du niveau d’endettement actuel, un discours bien éloigné de ceux tenus pendant la campagne alors que nous étions déjà en alerte. « Il faut sauver les thermes ! » ont été ses premiers mots lors de ce Conseil. Nous les avons entendus, et nous ferons bloc derrière et avec lui pour y parvenir.
Cependant, nous nous interrogeons sur le défaut de vision d’un maire occupé à élaborer des projets démesurés pour notre Ville jusqu’à en avoir oublié la nécessité d’une diversification de ses sources de revenus. Oui, il y a bien la branche cosmétique, mais qui ne décolle pas et qui sera, selon les propres aveux du Maire, « déficitaire encore pendant un an ou deux ».
Il y a ces choix discutables, comme maintenir à grands frais une équipe professionnelle de joueurs de boules. Notre commune en a-t-elle les moyens ? Il y a ces décisions arbitraires, comme la suppression cet été du poste de secours, une fermeture qui aurait pu être lourde de conséquences, à l’image de cette journée du 3 août dernier où trois morts par noyade ont été évitées de justesse, et ce, grâce au courage et à l’abnégation de deux clients du restaurant du Grand Large qui se sont jetés dans l’étang pour sauver deux enfants en perdition sur un pneumatique entraîné par une puissante tramontane, ainsi que leur tante lancée à leur poursuite. Si le poste de secours avait été ouvert, les enfants auraient été récupérés dans les 90 secondes, un temps d’intervention sans commune mesure avec les 40 minutes des secours nautiques du SDIS34 venus de Sète et de Mèze.
Les conseillers de l’opposition demandent que la médaille de la Ville soit remise à ces deux sauveteurs providentiels qui ont œuvré pour que notre commune ne soit pas endeuillée et son image ternie à jamais.
Enfin, l’espace de cette tribune étant bien trop étroit pour développer tout ce que nous avons à dire, nous invitons les Balarucois à nous rejoindre sur notre page FB : « Balaruc-les-Bains, l’autre MAG.»
Catherine Azéma, Christian Hurabielle-Péré, Thierry Congras, Catherine Fradier

Bulletin météo
Balaruc-les-Bains
Couvert
10 °
La Ville en images
Aire
CNM6
Sport5
commerces-2
environnement-preserve 2
environnement-preserve
tourisme-bien-etre3
tourisme3
urbanisme
>